Les films de Pierre Schoendoerffer

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Les films de Pierre Schoendoerffer - Page 2 Empty Re: Les films de Pierre Schoendoerffer

Message  Admin le Sam 27 Aoû - 15:04

Bonjour,

En effet, ce devait être un sacré moment d'émotion ! La première de ce film avec la présence de Bruno et de Schoendoerffer, ça fait rêver.

Pour le capitaine Clédic et Yves Périou à Dien Bien Phu, j'ai eu l'insigne honneur d'entendre ce témoignage du capitaine Clédic lui même, qui rigole encore 60ans plus tard du bon tour qu'ils ont fait aux viets, imités aussitôt par les corses parlant entre eux en corse, et la légion correspondant en allemand bien évidemment, vu la proportion de natifs de la langue de Goethe parmi eux. Tous les moyens étaient bons et l'ingéniosité de notre belle armée française était encore présente cette fois là.

cordialement,
Antoine.

Admin
Admin

Messages : 1601
Date d'inscription : 23/12/2008
Age : 27
Localisation : St-Aignan (41)

Revenir en haut Aller en bas

Les films de Pierre Schoendoerffer - Page 2 Empty Re: Les films de Pierre Schoendoerffer

Message  Bawouan le Sam 27 Aoû - 16:22

Bonsoir,
Concernant le Film DBP, j'ai assisté à sa présentation par Schoëndoerfer à Annecy organisé par l'UNP 74, un de mes potes, Jean Pau LUNEL, cascadeur et ancien para du "8", était responsable effets spéciaux sur le Film, il y est resté 4 mois, il m'a montré des heures et des heures de caméscope filmées sur le tournage, on le voit notamment piloter un des "Dak" !
Des bons souvenirs !
Cordialement
Jérôme
Bawouan
Bawouan

Messages : 906
Date d'inscription : 20/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les films de Pierre Schoendoerffer - Page 2 Empty Re: Les films de Pierre Schoendoerffer

Message  Yann le Sam 29 Oct - 19:12

Bonjour à tous,
Je viens de m'inscrire sur ce forum, dont j'ignorais l'existence.
Je suis un grand fan de Schoendoerffer et revoit ses films régulièrement. Du grand art !
En ce qui concerne Schoen, je signale qu'il est marié avec une bretonne, Patricia (tiens, c'est le prénom de la femme de Perrin dans l'Honneur d'un Capitaine !) Chauvel, fille de Jean Chauvel, ambassadeur de France et négociateur français des accords de Genève de 1954 sur l'Indochine ! Jean Chauvel est cité furtivement dans Objectif 500 millions, avec cremer. Le frère de Patricia, Jean-François, est un ami de Schoen, rencontré en indochine. Je présume que c'est le journaliste que l'on voit dans DBP aux côtés de Ludovic Schoendoerffer dans le rôle de son père...! JF Chauvel est le scénariste de l'Honneur d'un Capitaine, et père de Patrick, reporter de guerre, que l'on voit dans l'Honneur d'un Capitaine, Là-Haut et DBP.
J'ai lu que Betty avait fait faillite à la fin de la guerre : comme dans DBP, elle faisait trop crédit à des soldats qui ne revenaient pas... On en voit un clin d'oeil dans DBP, lorsqu'elle remet une bouteille de Cognac à Schoen, qui s'apprête à sauter sur DBP.
A ma grande honte, je ne savais que Allaire était conseiller militaire de DBP, ni prêté attention aux photos du bar de Betty. En revanche, la photo de Daniel Camus est aussi montrée dans Là Haut, dans la déco du bar du CNA, lorsque la journaliste revoit Cremer.

J'adore le cinéma de Schoendoerffer... Un univers...

Yann

Messages : 1
Date d'inscription : 29/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Les films de Pierre Schoendoerffer - Page 2 Empty Re: Les films de Pierre Schoendoerffer

Message  Admin le Mar 1 Nov - 16:34

Bonjour,

Merci de nous avoir rejoints Yann ! Cependant, pourriez vous passer par la rubrique "bureau de recrutement" pour vous présenter brièvement ?
Merci également pour votre message très intéressant, j'ignorais les liens entre Patricia Schoendoerffer et l'Indochine. En effet, voilà qui explique pas mal de choses, notamment l'intérêt familial porté à la question de l'Indochine chez les Schoendoerffer.

Tiens d'ailleurs, puisque l'on parle également de Jacques Perrin, une information saisie lors d'un "Vivement dimanche" qui lui était consacré, le petit Pépinot, dans les choristes, n'est autre que Maxence Perrin, le fils de notre cher sous-lieutenant de la 317ème section... Une sacré lignée et il promet le petit !
Les films de Pierre Schoendoerffer - Page 2 Maxence_perrin_1

cordialement,
Antoine.

Admin
Admin

Messages : 1601
Date d'inscription : 23/12/2008
Age : 27
Localisation : St-Aignan (41)

Revenir en haut Aller en bas

Les films de Pierre Schoendoerffer - Page 2 Empty Re: Les films de Pierre Schoendoerffer

Message  Lirelou le Mer 2 Nov - 8:19

Bonjour,

j'ai revu "Là Haut" derniérement .. quel film !
C'est comme un testament, on a tout l'univers de Schoendoffer dedans.

Lirelou
Lirelou

Messages : 259
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 52
Localisation : Sud 77

Revenir en haut Aller en bas

Les films de Pierre Schoendoerffer - Page 2 Empty Re: Les films de Pierre Schoendoerffer

Message  Admin le Ven 4 Nov - 23:17

Bonjour,

Ce soir, nouveau visionnage pour la énième fois de Dien Bien Phu.
A chaque fois, on découvre toujours un tas de clin d'œils et de références à certains combattants, etc.
Nous parlions du colonel Allaire qui a été conseiller technique de Schoendoerffer sur le film. Pour Yann, on le voit à 1h15min dans la scène sur le topo à Hanoi. Il porte les galons de colonel (son grade de fin de carrière) et le rappel d'officier de la légion d'honneur (son grade dans l'ordre à l'époque, a été promu commandeur depuis).

Également, à 1h32min, lors de la scène dans le bar chez Betty et la discussion entre Howard Simpson et l'aumônier para, l'on remarque un énorme clin d'œil au Crabe Tambour que je n'avais pas vu jusqu'ici. En effet, on voit très bien un superbe chat noir qui se ballade sur le comptoir derrière l'aumônier.

Je suis certain qu'il y a encore un tas d'autres choses à retrouver.

cordialement,
Antoine.

PS : je ne me souviens plus si nous l'avions dit, alors au risque de radoter, je rappelle que le sous-lieutenant vietnamien du 5ème BPVN est inspiré par le sous-lieutenant Thien.

Admin
Admin

Messages : 1601
Date d'inscription : 23/12/2008
Age : 27
Localisation : St-Aignan (41)

Revenir en haut Aller en bas

Les films de Pierre Schoendoerffer - Page 2 Empty Re: Les films de Pierre Schoendoerffer

Message  Bawouan le Dim 5 Fév - 18:59

Bonsoir,
Voici la réaction du Général Hervé TRAPP à la sortie du film Dien Bien Phu :

Lettre ouverte à Monsieur Pierre SCHOENDOERFFER

Je vous ai découvert en Indochine en 1952, jeune cameraman enthousiaste et sympathique, chasseur d'images inconscient du danger, sorte de voltigeur malhabile et encombrant. Nous préférions avoir avec nous de simples photographes.
Je vous ai retrouvé à Dien Bien Phu, toujours cameraman à l'état pur. Vous aviez cependant pris conscience de quelques réalités de la guerre et vous étiez alors plus facile à tolérer dans un dispositif tactique.
J'ai eu l'occasion d'apprécier votre courage, notamment le 10 avril 1954, lorsque nous avons récupéré Eliane I pour la deuxième fois. Inlassablement, vous engrangiez des images dans votre caméra. Et puis, à court de pellicule, vous avez participé à notre logistique qui consistait, pour l'essentiel, à évacuer nos morts et blessés et ramener en échange cartouches et grenades.
Il est bien dommage que votre moisson soit restée la-bas.
Vous en avez souffert. Alors, comme beaucoup d'autres, écrivain, vous avez transcrit vos souvenirs.
Vous avez fort bien évoqué la bataille dans la revue "Historia" de mai 1984. Vous l'avez fait avec précision et objectivité, sachant avec brio orienter l'imagination de vos lecteurs.
Mais, depuis, vous avez constaté que beaucoup de vos compatriotes ignoraient tout, ou presque du drame qui s'était déroulé voici 37 ans à 12 000 kms de la France. Alors, vous avez pensé qu'il fallait les aider à découvrir cette page de notre histoire, estimant que c'était -dites-vous- "un devoir vis-à-vis du sacrifice" de nos camarades.
Pour vous, écrivain et cinéaste, aucun doute. Seul le cinéma permettrait d'informer large. Mais, un film trop historique n'aurait que peu d'audience ou de portée. Dans le récit d’évènements de guerre seuls l'angoisse, le drame, la souffrance et l'horreur retiennent vraiment l'attention et imprègnent les mémoires. C'était donc un grand spectacle tragique que vous deviez imaginer.
Le 25 Février dernier, j'ai assisté à la projection de votre film : Dien Bien Phu, annoncé depuis plusieurs semaines par les grands quotidiens et magazines.
Depuis, on en parle. C'est dit-on "un grand spectacle guerrier", "une fresque à grand spectacle", "Requiem pour une armée abandonnée", ...j'arrête là mes citations, pour ma part, je pense que vous avez réussi. Votre film plaira au "public".
Mais, il vous a échappé que dans ce public il y aurait des rescapés de Dien Bien Phu et des proches -parents, frères, soeurs, épouses, enfants- de ceux qui sont restés là-bas et auxquels vous désirez rendre hommage.
Ceux qui furent des acteurs de ce drame méritaient mieux ou, pour le moins, un peu plus de pudeur. Ils étaient autres que des fossoyeurs de grand guignol ou de brancardiers malhabiles, paniqués pataugeant, malmenant sans vergogne des moribonds et ils n'avaient rien de commun avec des "rats de la Nam Yom".
Contrairement à ce que vous laissez croire, ils étaient commandés par des chefs valeureux : des BIGEARD, BOTELLA, BRECHIGNAC, GUIRAUD, LALANDE, LANGLAIS, TOURRET ...et non pas livrés à eux-mêmes ou à la fantaisie des quelques officiers un peu mièvres que vous faites figurer dans votre film.
A Dien Bien Phu, je commandais la 2è Compagnie du 6è BPC (le bataillon BIGEARD).
Je peux vous dire ce que fûrent et ce que sont devenus les 92 Français de souche qui servaient la France au sein de cette unité. Je n'évoquerai que ceux-là, parce que je les ai bien connu; ils étaient mes proches et je leur dois d'être encore vivant.
Le 7 Mai 1954, à la fin de la bataille, 65 d'entre eux étaient tombés, se battant souvent au corps à corps pour conserver ou reprendre quelques mètres de tranchée : 45 "morts pour la France", 20 blessés graves dont un aveugle et plusieurs amputés qui furent rendus par le Viet-minh quelques jours après la fin des combats. Les 27 derniers, encore à peu près valides mais tous très éprouvés, épuisés par les nuits de combat, connurent alors la longue marche vers les Camps, la maladie, les privations, l'endoctrinement. 27, c'était bien peu, eu égard au total impréssionant de 9000 captifs. De ces 27, 7 ne sont pas revenus..., 1 sur 4 ...., c'est beaucoup.
Monsieur SCHOENDOERFFER, je pense que vous n'auriez pas dû prêter votre nom et vos talents à la réalisation de ce film qui, tout compte fait, n'est qu'un produit commercial.
Je me permets de vous dire cela au nom des BALISTE, COULOMBEAU, CORBINEAU, GARNOT, GOSSE, PRIGENT, SAMALENS ..., et tous les autres tués et disparus. Vous avez connu certains d'entre eux. Souvenez-vous.
Nous, les rescapés, nous n'avions pas besoin de votre mise en scène, si spectaculaire soit-elle, pour nous souvenir d'eux. Ils sont pour toujours dans nos mémoires.

Hervé TRAPP
24210 La Bachellerie

Note additionnelle à ce qui précède :

Par ma lettre ouverte, je voulais livrer à Pierre SCHOENDOERFFER quelques unes des réflexions que son film m'a inspirées et, en même temps, par le biais de cet écrit, envoyé au Figaro pour publication, je pensais pouvoir communiquer mes sentiments intimes :
-à mes anciens frères d'armes encore en vie.
-aux proches de ceux qui sont morts ou disparus là-bas.
-à ceux de mes relations actuelles curieux d'être informés sur le sujet par un témoin ayant vécu quelques épisodes de la bataille.
Mais tout le monde ne lit pas le Figaro et, à mon grand regret, ce grand quotidien n'a publié que des extraites de ma lettre, omettant des passages que j'estime importants, notamment :
-le début plutôt à l'avantage de Pierre SCHOENDOERFFER,
-et, un alinéa de ma conclusion par lequel j'entendais rendre hommage aux morts et aux disparus de ma compagnie.
Dès lors, le sens de ma démarche devint ambigu.
Or, en aucune façon je ne voulu porter tort à SCHOENDOERFFER - ce n'est pas dans ma nature - ni me prêter à des controverses passionnées et stériles.
Je ne reproche pas à SCHOENDOERFFER d'avoir fait un film. Comme l'a dit le Général BIGEARD, "...il est bon de rapppeler l'abnégation, le courage..." et, contrairement à mon camarade BONNELLI, je ne dirai pas "...foutez-nous la paix".
Ce qui m'a contrarié, ce sont certaines images que l'auteur a choisies pour faire passer ses messages au grand public.
Entre autres,
-peut-on penser que la mère ou l'épouse d'un tué puisse être heureuse en voyant balancer sans ménagement des corps inertes dans une fosse et imaginant qu'il s'agit peut-être de son fils ou de son mari?
-était-il indispensable de faire défiler une interminable colonne de captifs soulignant ainsi que plusieurs miliers d'hommes venaient de renoncer à se battre ?
Etranges manières de rendre hommage.

Revue DLP N°137 Mars/Avril/Mai 1992

Témoignage intéressant qui interpelle, quand l'on sait que l'un de ses camarades, Jacques ALLAIRE, lui aussi officier au "6" de BIGEARD était conseiller militaire pour le Film, à noter que le CDT Hélie DENOIX de SAINT-MARC était lui aussi conseiller militaire du Film !
Point de vue qui se respecte et que je partage quant au Casting, l'Officier qui incarne le LTN BRUNBROUCK ne colle pas et dénature ce superbe Bigor !

Cordialement
Jérôme
Bawouan
Bawouan

Messages : 906
Date d'inscription : 20/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les films de Pierre Schoendoerffer - Page 2 Empty Re: Les films de Pierre Schoendoerffer

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum