Enseigne de Vaisseau Christian BONZANINI Commando JAUBERT MPLF 1951

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Enseigne de Vaisseau Christian BONZANINI Commando JAUBERT MPLF 1951

Message  Bawouan le Dim 6 Fév - 7:04

Enseigne de Vaisseau Christian BONZANINI
Chef de la 1ère Section du Commando JAUBERT
Mort pour la France le 25 Janvier 1951 à My Duc.






"L'Enseigne de Vaisseau Louis BONZANINI. est arrivé au commando fin 1949 début
1950. Il a pris le commandement de la 1ère Section.
Le 25 Janvier 1951, nous étions sous ses ordres au cours de l'opération qui s'est
terminée à MY DUC. Depuis le matin, nous avons progressé dans la région visitant
les villages des alentours. Toute la journée, nous avons marché sous un crachin
assez dense. Il faisait froid et au fil des heures l'humidité avait pénétré nos
vêtements. Nous devions fréquemment marcher dans les rizières les diguettes étant
trop glissantes, difficile dans ces conditions de conserver son équilibre. Le matin au
départ, nous avons été pris dans un tir de barrage de l'artillerie pendant quelques
minutes, heureusement sans dommages.En fin d'après-midi, nous allions regagner la
base de départ; il restait un village à inspecter. Arrivés à une centaine de mètres,
nous avons été pris sous un tir nourri et très précis des Viets qui étaient retranchés
à la lisière du village. Nous avons alors quitté le chemin qui menait au village.
Le lieutenant BONZANINI est parti à gauche avec le 1er groupe en donnant l'ordre
de se porter sur la droite. Le 1er groupe s'est aussitôt trouvé pris sous le feu d'une
arme automatique postée en dehors du village; le 2ème groupe
(dont je faisais partie) a eu la chance de trouver un petit monticule derrière lequel
nous nous sommes retranchés; le tireur de FM a essayé de se mettre en batterie,
une balle à frappé le chargeur de son arme.Le feu des Viets était précis, nous
avons essayé en levant la tête de savoir d' où venaient les tirs, mais l'ennemi
bien embusqué était invisible.
Notre position était très inconfortable. Nous avons entendu sur notre radio
(un SCR 536) le commandant d'unité dire qu'il ne pouvait rien faire pour nous venir
en aide. L'attente était longue et nous avons vu sur notre droite le commando
de MONTFORT engager une manoeuvre pour nous dégager,mais il a dû rapidement y
renoncer étant pris à partie par les tireurs Viets. Nous ignorions à ce moment que
des camarades du 1er groupe et notre Lieutenant étaient morts. Le salut est venu de
camarades artilleurs, un tir de fumigènes nous a permis de décrocher. Nous avons
quitté la zone et rejoint le reste du commando. Le repli vers les camions s'est fait
alors que la nuit tombait. Nous avons appris que les morts étaient restés sur le
terrain;quelques mois plus tard l'armée a récupéré les corps. voilà le résumé de ce
qui a été et reste dans nos mémoire une sale journée.
Après avoir quitté la Marine le 1er Octobre 1952, je suis entré dans la Gendarmerie;
à ma sortie du stage, affecté dans le Constantinois, à BATNA.. Détaché pour 6 mois
à la Brigade de BATNA, j'ai reçu un courrier dont l'expéditeur était un certain
BONZANINI demeurant à Constantine, ville dont était originaire notre Chef de
section. J'ai écrit à ce monsieur, et j'ai su que c'était son Père. Il est donc venu me
voir. Nous avons longuement parlé de ce qui c'était passé ce jour du 21 Janvier
1951, je lui ai aussi parlé de ce qu'était notre vie de commando et de nos relations
avec son fils. Je lui ai confirmé que le Lieutenant BONZANINI était un officier
compétent, courageux et respecté de ses hommes, et qui possédait de grandes
qualités humaines. J'ai été heureux d'apporter un peu de réconfort à cet homme
et lui ai remis quelques photos que je possédais."

Témoignage de Roland Houdrichon, stage Primauguet: 1948 Cdo JAUBERT


Bawouan

Messages : 877
Date d'inscription : 20/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum