Croix de Guerre TOE

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Croix de Guerre TOE

Message  Admin le Ven 23 Jan - 20:12

Bonsoir,

Une planche de l'ami Javis très interessante sur la croix de guerre des Théâtres d'Opérations Extérieures (TOE) :



Merci à lui,
cdt, Antoine.

Admin
Admin

Messages : 1601
Date d'inscription : 23/12/2008
Age : 24
Localisation : St-Aignan (41)

http://laguerreenindochine.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  Admin le Jeu 10 Déc - 22:46

Bonjour,

Je relance le sujet sur la croix de guerre TOE avec des photos de soldats et hauts personnages de la guerre d'Indochine qui ont ou avaient une croix de guerre assez impressionnant. Voici une première série avec des personnages emblématiques. Je vous invite à poster à la suite d'autres photos ou des récits concernant la croix de guerre des TOE.

* Adjudant Chef Vandenbergue, le premier soldat d'Indochine, comme disait De Lattre


* Général Delayen


* Lieutenant Colonel Jeanpierre


* Général Salan


* Général Bigeard


A vous !
cordialement,
Antoine.

Admin
Admin

Messages : 1601
Date d'inscription : 23/12/2008
Age : 24
Localisation : St-Aignan (41)

http://laguerreenindochine.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Une Citation avec attribution de la croix de guerre TOE avec Etoile d'argent:

Message  Cavalier Lafleur le Sam 14 Jan - 20:11


c'est une belle illustration de Megnigni marouflée sur carton et de format A3 ce qui explique la mauvaise définition, mon scan est prévu pour le A4...la partie floue mentionne
A Tourane (centre Annam) le 17 juin 1949.
p.o le Gal Le Bris.
leCapitaine, Chef d'Etat-Major Ch de Coatgoureden.
reste à retrouver la croix, quelquepart dans un tiroir.... je n'ai pas encore tout retrouvé...

Cavalier Lafleur

Messages : 13
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 93
Localisation : Paradis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  jowell le Dim 15 Jan - 9:55

Bonjour.
voici celle de mon paternel.
attribution de la croix de guerre T.O.E avec étoile de bronze.
Citation à l'ordre de la brigade par O.G n°10 , décret n°92 du 04/06/1948.
Je n'ai pas le diplôme , ayant écris au BCAAM j'espère bien le récupérer et je le posterai.

Amitiés Joël

jowell

Messages : 244
Date d'inscription : 05/05/2011
Age : 55
Localisation : Essonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  danel le Dim 15 Jan - 10:32

Bonjour,
je ne peux résister à montrer la médaille de mon père :



Cordialement,
Jean-Roger

danel

Messages : 129
Date d'inscription : 15/07/2011
Age : 69
Localisation : Montmorillon

http://daneljeanroger@yahoo.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  jowell le Dim 15 Jan - 15:55

bonjour.
Waow magnifique danel , respect Smile.
Joël.

jowell

Messages : 244
Date d'inscription : 05/05/2011
Age : 55
Localisation : Essonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  danel le Dim 15 Jan - 16:49

Bonsoir,
Merci Jowell,
La médaille de ton père montre aussi sa valeur. Car nous savons que ce sont les citations qui comptent. Autant d'exploits vécus qui forcent le respect.
Cordialement,
Jean-Roger

danel

Messages : 129
Date d'inscription : 15/07/2011
Age : 69
Localisation : Montmorillon

http://daneljeanroger@yahoo.fr

Revenir en haut Aller en bas

Nous pouvons être fiers de nos pères...

Message  Cavalier Lafleur le Dim 15 Jan - 20:54

Vrai, difficile de résister à montrer ces témoignages,et même on pourrait dire que nos pères et leurs actions ont contribué aux palmes qu'arborent ces officiers et généraux de légende...
Nos pères étaient modestes, comme le tien ,Jowell, le mien parlait très peu de son vécu... j'admire d'ailleurs ta façon de lui rendre hommage...C'est beau. Respect à tous deux.
Superbe exemple Danel, Respect également.

Cavalier Lafleur

Messages : 13
Date d'inscription : 08/01/2012
Age : 93
Localisation : Paradis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  jowell le Dim 15 Jan - 22:15

bonsoir.
tu as raison cavalier lafleur , on se doit de leurs rendre hommage et montrer ces décorations qui retrace une partie de leurs douloureux passé, mon père était comme le tien, pas très bavard sur son passé de légionnaire mais grâce à Ramuncho je sais pourquoi , ce qui est drôle si je puis m'exprimer ainsi c'est que nous sommes fier de présenter ces médailles alors que pour mon père ce n'étaient que des bouts de ferraille comme il disait, qui dormaient depuis des années dans une malle à la cave.
En tout cas grands respects pour vos paternels , une citation à l'ordre du régiment pour toi cavalier lafleur et cinq citations pour danel que d'émotions que d'émotions.
Joël.

jowell

Messages : 244
Date d'inscription : 05/05/2011
Age : 55
Localisation : Essonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  Lirelou le Lun 16 Jan - 8:07

Bonjour,

Pourriez vous préciser la signification des palmes et des étoiles ?

Lirelou

Messages : 259
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 49
Localisation : Sud 77

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  COLO le Lun 16 Jan - 8:24

Citation à l'ordre du régiment : étoile de bronze
Citation à l'ordre de la brigade : étoile de bronze
Citation à l'ordre de la division : étoile d'argent
Citation à l'ordre du corps d'armée : étoile de vermeil
Citation à l'ordre de l'armée : palme de bronze ( un décret ultérieur précisa qu'une palme d'argent remplace cinq palmes de bronze )

COLO

Messages : 320
Date d'inscription : 26/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  Lirelou le Lun 16 Jan - 9:55

Merci Colo.
Ca "cause" tout de suite.

Lirelou

Messages : 259
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 49
Localisation : Sud 77

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  Admin le Lun 16 Jan - 11:51

Bonjour,

Merci à tous pour vos participations. Comme on la nomme, la croix de guerre est appelée "la marque du courage", pour nombre d'anciens, c'est la seule qui compte, vu le galvaudage de la légion d'honneur de nos jours et l'obtention de la médaille militaire pour les militaires de carrière de façon quasi systématique aujourd'hui au bout de X années de service.

Ces décorations sont les marques de la valeur de nos pères, grand pères, oncles ou amis.
A conserver pour un jour expliquer ce qu'elles signifient à nos enfants.

cordialement,
Antoine.

Admin
Admin

Messages : 1601
Date d'inscription : 23/12/2008
Age : 24
Localisation : St-Aignan (41)

http://laguerreenindochine.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  DBP le Lun 16 Jan - 18:23

Bonsoir à tous,

Celles de mon oncle :




DBP

Messages : 80
Date d'inscription : 17/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  jowell le Lun 16 Jan - 18:43

Bonsoir.
Magnifique placard, par contre la 2 ème médaille juste après la médaille militaire c'est laquelle?
Joël.

jowell

Messages : 244
Date d'inscription : 05/05/2011
Age : 55
Localisation : Essonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  DBP le Lun 16 Jan - 18:54

Croix de guerre 39/45....un peu délavée...

DBP

Messages : 80
Date d'inscription : 17/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  danel le Lun 16 Jan - 20:02

Superbe !
Mais, par curiosité, quelles sont les huit médailles un peu cachées sur la photo ?
Cordialement,
Jean-Roger

danel

Messages : 129
Date d'inscription : 15/07/2011
Age : 69
Localisation : Montmorillon

http://daneljeanroger@yahoo.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  COLO le Mar 17 Jan - 6:45

En dessous
Croix du combattant, Médaille coloniale (appelée aujourd'hui médaille outre mer) avec agraffe Extrème Orient, Médaille commémorative "campagne d'Indochine", Médaille commémorative "Campagne de France", avec agraffe Libération.
La 3 eme rangée, je reconnais le ruban, de la Médaille commémorative de l'Algérie, les 2 suivantes, je ne reconnais pas, car tissue délavée, et la derniere, Médaille des blessés !
Un sacré placard, une sacré vie !
Respects !

COLO

Messages : 320
Date d'inscription : 26/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  Admin le Mar 17 Jan - 10:44

Bonjour,

En effet, un sacré placard Lionel ! Ton oncle mérite bien toutes les démarches de mémoire que tu entreprends pour lui.
Puisque nous sommes dans l'illustration de la croix de guerre TOE dans les placards, voici celui de mon oncle, lui aussi, un tonton flingueur...



cordialement,
Antoine.

Admin
Admin

Messages : 1601
Date d'inscription : 23/12/2008
Age : 24
Localisation : St-Aignan (41)

http://laguerreenindochine.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  DBP le Mar 17 Jan - 11:25

Bonjour à tous,

Merci Colo, merci Antoine.....

Ci-dessous la 3ème rangée....Ces décorations sont maintenant dans le reliquaire qui lui-même se trouve dans la salle des Parrains de l'ENSOA à St Maixent
De ce fait et de mémoire, les deux médailles manquantes : Médaille des Prisonniers Evadés et médaille des Internés de la Résistance
En regardant ces décorations, je ne peux m'empêcher de penser à tous ceux qui sont morts dans l’anonymat et qui les méritent amplement.



Le Reliquaire ( votre serviteur, 2 Paras ( 7ème BCCP et le second 1er BPC ), notre ange gardien à St Maix....c'est une longue histoire )
La salle des Parrains








DBP

Messages : 80
Date d'inscription : 17/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  danel le Mar 17 Jan - 11:32

Impressionnant !
Merci DBP.
Cordialement,
Jean-Roger

danel

Messages : 129
Date d'inscription : 15/07/2011
Age : 69
Localisation : Montmorillon

http://daneljeanroger@yahoo.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  DBP le Mar 17 Jan - 11:54

Concernant : * Adjudant Chef Vandenbergue, le premier soldat d'Indochine, comme disait De Lattre

Voici son reliquaire dans la salle des Parrains....


DBP

Messages : 80
Date d'inscription : 17/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  jowell le Mer 22 Fév - 12:57

Bonjour.
J'ai enfin reçu le parcours militaire de mon paternel par le BCAAM. J'ai également reçu sa citation avec la croix de guerre,comme promis voici le diplôme.

Joël.


Dernière édition par jowell le Mer 22 Fév - 17:22, édité 1 fois

jowell

Messages : 244
Date d'inscription : 05/05/2011
Age : 55
Localisation : Essonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  COLO le Mer 22 Fév - 14:48

Tout simplement RESPECT !

COLO

Messages : 320
Date d'inscription : 26/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  jowell le Mer 22 Fév - 16:00

Bonjour.
Merci colo , en cherchant un peut sur internet j'ai trouvé un article où ils parlent de cette embuscade brièvement.

Bonjour.
En cherchant sur internet cette fameuse date de février 1948 j'ai trouvé un article très intéressant.

Fin août 1947, le 2e Bataillon du 3e Régiment Etranger d’Infanterie (IIe/3e REI) basé à Bentré en Chinchine fait mouvement sur le Tonkin. Je quitte la ville avec le détachement précurseur de ma compagnie. Je n’arriverai au Tonkin que bien longtemps après mes camarades. En effet, à quelques kilomètres de Bentré, mon véhicule saute sur une mine. Mes camarades sont morts ou blessés ; ayant pris place au fusil-mitrailleur juché sur le toit du camion, j’effectue un splendide vol plané, la rizière n’étant pas pour moi, je chute sur le sol où je me fracture la jambe droite.

L’infirmerie-hôpital de Thu Dau Mot puis l’hôpital de Bien Hoa m’accueilleront. Pendant que je traîne ma « flemme » en apprenant, à cloche pied, à jouer au ping pong,l’opération « LEA » est lancée contre le réduit Viet-Minh du Haut Tonkin avec l’espoir de capturer Hô Chi Minh. Elle débute le 7 octobre par le largage de deux bataillons parachutistes sur Cao-Bang et Bac Kan. Simultanément, deux colonnes convergent vers Cao-Bang ; l’une commandée par le colonel Beaufre progresse sur la RC 4, le IIe/3e REI est de la partie, l’autre via Bac Kan par la RC 3. Une troisième colonne, fluviale celle là, remonte le fleuve Rouge puis la rivière Claire pour tenter d’atteindre la ville de Tuyen Quanc. C’est dans cette ville que fut composé vers 1885 l’hymne de la Légion »Tiens voila du bon vin » qui devint par une lecture erronée « Tiens voilà du boudin », erreur imputable aux lettres gothiques. Le groupement « B » progresse sur la RC 4. Fort dLégionnaires du 2/3e REI dans la région de That-Khé en 1950.e 8000 hommes et de 800 véhicules ;du 7 au 14 octobre, il avance dans un paysage de terre brûlée sans rencontrer de résistance et après avoir atteint Cao-Bang il redescend à la rencontre du groupement »A » sur Bac Kan. A partir du 16 novembre, la RC 4 peut être utilisée de Tien Yen sur le golfe du Tonkin à Cao-Bang, soit sur 230 kilomètres. Cette route, dont la largeur n’excède jamais cinq mètres, serpente à flanc de colline, entre des pitons calcaires, sorte de Baie d’Along terrestre, dans une jungle inextricable que les Viets transformeront rapidement en une sorte d’abcès sanglant et que l’on baptisera très vite la « Route de la mort ». Quelques rares plaines en cuvette dans lesquels sont installés les villages, jalonnent ce cordon ombilical que le commandement, avec juste raison, on s’en rendra compte dans quelques années, considère comme vital. La RC 4 verrouille la frontière entre la Chine et le Tonkin empêchant ainsi l’arrivée d’hommes et de matériels dont le Viet-Minh a grand besoin. La RC 4 de That Khe à Dong Khe : Le commandement va y implanter des postes. Cette piste, plutôt que route, va devenir le tombeau d’un nombre incalculable de véhicules qui tombant en panne et abandonnés sont « zabralisés » par les chauffeurs suivants qui prendront quelques risques en s’arrêtant pour récupérer pièces, matériel et ravitaillement. C’est au IIe/3e REI qu’échoit la difficile mission d’assurer la protection de la route allant au sud du poste de Deo Kat, au nord au débouché du col de Luong Phai sur la attaque_legion3.jpgplaine de Dong Khe. Une demi-douzaine de postes sont construits : Environ 800 légionnaires tiennent ces postes répartis sur une distance de 25 km à vol d’oiseau. That Khe comme tous les gros villages frontaliers possède une citadelle établie sur un petit promontoire que le Viet-Minh a détruite ; elle sera reconstruite en un temps record par les légionnaires ainsi que le marché face à la pagode. La route devient très vite dangereuse. En effet, dès le 1er janvier 1948, les Viets attaquent un convoi, du groupe 516, qui descend sur Lang Son, à 34 km au sud de Cao-Bang.Le combat va durer trois heures et nos pertes seront importantes : 22 morts, 1 disparu et 40 blessés. Le 28 février la Cie de commandement régimentaire accomplissant une ouverture de route est attaquée pratiquement au corps à corps. Bilan : 22 morts et 33 blesses. Dans la nuit du 16 au 17 mars, simultanément, tous les postes du sous secteur de That Khe sont attaqués à minuit. Les postes de Deo Kat et du Song Ky Cung tenu par la 8e compagnie commandée par le lieutenant Le Gouaille (2), sont enlevés en moins d’une heure. La compagnie n’existe plus. Le lendemain 17 mars, le sergent major de la compagnie qui avait été fait prisonnier est libéré et apporte un message du commandement Viet-Minh demandant que l’on récupère morts et blessés. Environ 1500 Viets et 3000 Chinois auraient pris part à cette affaire. Pour la première fois je pressens, moi qui ne suis qu’un modeste caporal de la Légion, devant la tranquillité du commandement Viet-Minh, ce qui va nous arriver. Le 7 avril, au nord de Dong Khe, un convoi tombe dans un nouveau piège. Les Viets installés et dissimulés dans les calcaires et l’épaisse végétation tropicale s’en donnent à coeur joie en mitraillant la route. L’aviation appelée en renfort sera inefficace. Le combat durera plus de 4 heures et se soldera dans nos rangs par deux morts et une vingtaine de blessés. Le 16 avril le IIIe/3e REI s’installe à Dong Khe en remplacement d’une unité de tirailleurs. Ce renfort améliore attaque_legion1.jpgsensiblement la sécurité, pour quelques temps du moins, mais Bac Kan a été abandonnée. Il faudra attendre le 10 décembre pour qu’une patrouille d’ouverture de route venant de Cao-Bang soit attaquée au km12. On compte douze morts et huit blessés tandis que deux véhicules sont détruits ; Noël sera calme malgré quelques coups de feu. L’année 1949 s’annonce difficile. Les Viets reprennent leurs actions et font sauter la plupart des ponts. La plus grosse attaque se produira au col de Luong Phai le 3 septembre. Ici, à ce point de mon récit, il est bon que je signale un événement resté inconnu de la plupart des auteurs, ayant relaté la guerre d’Indochine. Cette péripétie peut apparaître mineure et localisée, mais révélatrice de l’esprit de cette guerre : A 3 km au sud de That Khe, au poste du pont radier intermédiaire, long d’une trentaine de mètres,tout est calme en cette nuit du 28 au 29 août, chaude et très noire à cette époque de l’année en Haute-Région. Il y a là le sergent Gris (3) chargé de tenir la position avec un groupe d’une dizaine de légionnaires. Gris ayant fait établir par son caporal les tours de garde et ayant lui-même mis en place les premières sentinelles, trouvant que la chaleur à l’intérieur du blockaus nord est insoutenable, décide de se réfugier dans la fraîcheur relative de l’extérieur, sur le toit du blockaus. Vers 3 heures du matin, une sorte de pressentiment le réveille, le fait se lever et aller inspecter les emplacements de garde. Il se dirige vers le blockaus sud. Arrivé au milieu du pont il croise un légionnaire qui vient vers lui, auquel il demande si tout va bien, l’autre lui répond affirmativement. Gris continue sa route, arrive près du poste de garde, il constate qu’il n’y a pas de sentinelle. Intrigué il descend dans la chambre du blockaus. Elle est vide ! Il se précipite vers le blockaus nord, d’ou il vient : personne ! Il n’y a plus le légionnaire qu’il avait croisé tantôt. Tout son poste a déserté ! Il bondit sur la radio ; de permanence je réceptionne son message qui m’informe de la dramatique situation dans laquelle il se trouve. Aussitôt je réveille mon capitaine et lui rend compte. Le bataillon est mis en état d’alerte. Il est environ 3 heures 30 et il fera nuit jusqu’a 6 heures 30. Ordre est donné au sergent Gris de ne pas bouger et de se barricader dans le blockaus nord. Il n’est armé que d’un pistolet-mitrailleur, de 4 chargeurs d’une grenade. L’attente est angoissante de ce qui devrait immanquablement se produire. Mais rien ne survient. A 6 heures une colonne de secours part pour le poste intermédiaire ou elle trouve le sergent Gris qui n’en mène pas large : une dizaine de déserteurs d’un seul coup,cela fait beaucoup. On peut aisément concevoir que le légionnaire rencontré par le sergent avait pour mission de l’assassiner et de détruire la radio ; se trouvant inopinément devant lui il n’avait pas osé. Le sergent avait eu ainsi beaucoup de chance, les déserteurs ayant certainement décidé de mettre, rapidement, de la distance entre eux et la colonne qui devait sûrement arriver, ils n’avaient pas cherché à attenter à la vie de Gris. Le 3 septembre, le convoi de ravitaillement se rendant à Cao-Bang, composé de 90 véhicules dont beaucoup sont des cars « chinois » quitte That Khe vers 13 heures 30. Une heure plus tard, le col de Luong Phai est transformé en enfer. La tête du convoi, soit les vingt premiers véhicules, bascule sur Dong Khe en haut du col. Derrière, c’est le trou. Avant de basculer sur Dong Khe, à quelques dizaines de mètres du haut du col, dans un passage en déblai, le 21ème véhicule saute sur une mine. Impossible de le dégager dans le ravin d’autant plus qu’un déluge de feu se déchaîne et balaye toute la route tandis qu’après quelques coups de clairon, les Viets abordent la route et sautent sur tous les véhicules. A l’arrière, « topo » identique, les vingt derniers véhicule sont été bloqués. Les Viets peuvent tranquillement organiser le carnage suivi du pillage: 51 véhicules et un Morane d’observation disparaissent dans cet enfer. C’est l’abordage dans le feu et la fumée âcre des véhicules et des corps qui brûlent. Au début de l’attaque je suis en milieu de convoi dans la jeep de mon commandant de compagnie, le capitaine Di Meglio (5), un pied-noir de Bougie, qui commande l’ouverture de route. Il conduit à son habitude torse nu et sans arme. Les Viets abordent la route à une vingtaine de mètres de notre position lorsqu’il saute de la jeep suivi de son ordonnance portant sa carabine et qui lui crie de s’arrêter. Blabla, mon ordonnance,et moi-même sautons à notre tour tandis que la jeep flambe et nous déboulons dans le thalweg. Les Viets ne nous suivent pas, se contentant de faire prisonnier le capitaine Di Meglio et son ordonnance. Celui-ci nous sera rendu deux jours plus tard, je n’ai jamais plus rien su du capitaine Di Meglio. Mon polonais de Blabla et moi, après avoir suivi le fond du thalweg et échappé à la poursuite et aux recherches des bodoïs fouineurs arrivons dans la nuit au poste du pont Bascou ou nous nous faisons reconnaître. Le 2e Bataillon sous les ordres du Cdt Raberin qui assurait la protection du convoi en pitonnant sur les hauteurs sur sa gauche a été cloué au sol et n’a jamais pu intervenir.A That Khe cela a été l’attente inquiète. L’artillerie composée d’un seul canon ayant perdu son avion d’observation n’a pu intervenir que par des tirs désordonnés et sans réelle efficacité. That Khe tout l’après midi et toute la nuit du 3 au 4 est restée vide de troupes à l’exception d’une légère couverture de bureaucrates.Si les Viets avaient voulu… Mais il étaient trop occupés à se battre et ensuite à récupérer tout ce qui était récupérable. Le lendemain, les ouvertures renforcées reprendront pied sur le col sans rencontrer de résistance et fouilleront la jungle à la recherche des morts et des blessés ainsi que de quelques rescapés. Des corps achèvent de se consumer. Tous les véhicules ont été systématiquement vidés et les Viets friands de caoutchouc pour leurs sandales, ont récupérés les pneus. Toutes les boites de conserves qui n’ont pu être transportées par les coolies des Viets ont été percées à l’aide de coupe-coupe ou de pioche. De retour sur les lieux le 21 septembre avec trois camarades, mon inséparable Blabla, le caporal Baste mon adjoint, et le maréchal des logis chef commandant l’artillerie de That Khe, nous patrouillerons les 10 km du col sans rencontrer âme qui vive pendant que le bataillon s’efforce de récupérer au fond du ravin, un « wrecker » de dépannage de 10 tonnes. Nous ne trouverons qu’une boite de quenelles, une boîte de confiture de fraise et une bouteille de bière intactes. Maigre repas… Le « wrecker » ne sera pas récupéré. A la suite de cette embuscade la décision est prise de modifier les conditions d’exécution des convois. Ils seront désormais scindés en rames de dix à douze véhicules quittant toutes les dix minutes la gare de départ. Au lieu d’avoir une ouverture de route pitonnant et une escorte rapprochée, ils seront protégés par une véritable opération chargée d’assurer la sécurité. Courant novembre 1949, le IIe/3e REI qui est sur la brèche depuis plus de deux ans quitte That Khe pour prendre quelque repos à Dong Dang où, dès décembre, il s’emploiera à recueillir et à contrôler les milliers de chinois du Kuomintang qui refluent sur le Tonkin talonnés par les communistes de Mao Tse Tung. Après 37 mois passés en Indochine dont 29 mois sur la « Route de la mort », je quitterai Dong Dang le 25 avril 1950 pour prendre en France un repos réparateur. Je reviendrai comme volontaire pour un deuxième séjour en octobre, juste après la deuxième défaite de la RC 4 ou les colonnes Charton et Lepage furent anéanties.

Georges Cazalot
Ancien sergent-chef au IIe/3e REI

Notes

1) Le général Salan qui refusait de dégarnir la frontière de Chine avait raison contre le général Revers, qui, lui, voulait l’abandonner.

2) Le Gouaille rapatriable le jour même, sera tué dans ce combat.

3) Il en fallait davantage pour faire perdre « le calme des vieilles troupes » au sergent Gris. En effet, ancien de la LVF en Russie « il en avait vu d’autres »

4) Le lendemain de l’attaque on a retrouvé sur la route la plaque d’identité du déserteur qui devait être le meneur, dans l’affaire du sergent Gris. Elle n’a pas été perdue, mais a été certainement déposée bien en vue pour que l’on sache qu’il avait participé a cette attaque.

5) Di Meglio était, lui, un ancien des FFL
__________________
L'embuscade est l'action militaire la plus déshonorante pour un soldat de valeur , une armée d'élite tombant dans une embuscade , c'est un peu comme un champion de boxe que l'on met "ko" dans son sommeil.

jowell

Messages : 244
Date d'inscription : 05/05/2011
Age : 55
Localisation : Essonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Croix de Guerre TOE

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 0:03


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum