Capitaine Paul-Alain Léger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Capitaine Paul-Alain Léger

Message  general wolf le Ven 16 Oct - 6:43

Paul-Alain Léger, est un officier parachutiste de l'armée française, combattant de la Seconde Guerre mondiale, des guerres d'Indochine et d'Algérie.

Né en 1920 à Azemmour (Maroc) et mort le 31 décembre 1999 à Paris. Ancien des SAS (Special Air Service) et du GCMA en Indochine, spécialiste dans le retournement, les coups tordus et de la guerre contre-insurrectionnelle, il sera mêlé, « comme par hasard » , aux évènements les plus mystérieux ou les plus explosifs de la guerre d'Algérie : la « bataille d'Alger », la crise de mai 1958, la bleuite, l'affaire Si Salah, la lutte contre les trafiquants d'armes, le Putsch des généraux.

Issu d'une famille militaire, Léger sort de l'enfance pour sauter à pieds joints dans l'aventure, Il a vingt ans en 1942, au Maroc, où il est né. Son père, gaulliste, a été condamné à mort par les Allemands. Il fuit en Algérie où les Américains débarquent. Il s' engage au 1er Zouaves, puis veut être un officier. C'est l'école de Cherchell d'où il sort aspirant en mai 1943, mais l'Algérie est encore très calme pour ce garçon qui ne rêve que de bagarre, de lutte efficace.

La Seconde Guerre mondiale

Il part pour l'Angleterre comme parachutiste au 3e bataillon SAS. Là il rencontre le chef qu'il faut pour galvaniser un jeune qui en « veut »: Conan alias Chateau-Jobert. Première amitié qui marque le jeune homme. En 1944, Conan parachute Léger en Maine-et-Loire, derrière les lignes allemandes. La mission de son commando: faire sauter les voies ferrés, désorganiser les transports de troupes dans une région où la Résistance presque inexistante, mission réussie. Il saute à nouveau en Hollande pour une mission semblable. Et si la fin de la guerre. Pas pour longtemps et pas pour tout le monde.

La Guerre d'Indochine

1946, Léger est en Indochine dans la Demi-brigade de Parachutiste de Choc de Bollardière. Il saute à Nam Dinh sous les ordres de Ducasse. Deuxième rencontre avec ceux qui seront demain les maitres de l'Algérie en feu. La lutte est rude, les pertes lourdes. Léger s'en sort. Son premier séjour est terminé. Après s'être « changé les idées » à Paris il ne peut résister et retourne en Indo où l'attend la véritable aventure de sa vie. Il est le patron de la base de Cu Lao Ré. Là il a sous ses ordres trois cents paras vietnamiens parmi lesquels beaucoup de Viet-Minhs prisonniers, puis retournés. Léger les prend en main. Il crée équipe fantastique, des homme avec qui peut tout faire, tout risquer. Et il s'en donne cœur joie, vit avec ses hommes qui lui sont dévoués corps et âmes, il sait les méthodes des Viets, il en a dans ses rangs. Alors, vêtus de noir comme les hommes de Giap, il apprend le renseignement, et le renseignement le plus subtil. La guerre en uniforme, sans uniforme avec ceux des autres, de l'adversaire. Peu lui importe. Seul le résultat compte. La surprise, l'ébahissement, puis le désespoir des paysans qui, croyant avoir affaire aux Viets, lui ont livré caches, nourritures, armes et secrets, sont ses victoires quotidiennes. Il sait se servir de ses armes et s'il tire remarquablement il préfère utiliser son cerveau. A peine rentré d'une opération il en prépare une autre, accroupi sur une plage avec trois ou quatre « ralliés » viets qui lui exposent leur prochaine idée encore plus compliquée, encore plus tordue que la précédente. Il guerroie au second degré. Il en sera marqué pour toujours.

Les services de renseignements ne peuvent se laisser échapper pareille recrue. Léger quitte son « paradis » de Cu Lao Ré et après un long stage d'études africaines et asiatiques où il parfait l'arabe et le kabyle de sa jeunesse, entre au Service de documentation extérieure et de contre-espionnage.(SDECE) en 1955. Là rideau. Mission secrètes à l'étranger. On perd sa trace.

La Guerre d'Algérie

La bataille d'Alger

Mars 1957 : les bombes terroristes transforment Alger en un sanglant champ de bataille, Massu, qui a tous les pouvoirs pour nettoyer le terrain, cherche un expert en « subversion », il en parle à Ducasse, à Trinquier, à Chateau-Jobert. Chaque fois un nom revient : Léger.

Une nouvelle aventure commence pour le capitaine Léger : La bataille d'Alger

Il est à l’origine de la création du Groupe de renseignements et d'exploitation (GRE) - dont l'action clandestine eut plus de conséquences au cours de la guerre d'Algérie,

La Casbah d'Alger est devenue le quartier où les groupes terroristes et les collecteurs de fonds peuvent encore se mouvoir sans trop de risque. Il fallait détruire cette fourmilière. Le GRE était particulier car formé presque exclusivement d'anciens combattants FLN faits prisonniers, et qui ont été « retournés », c'est-à-dire qu'après un certain temps de réflexion, ils s'étaient portés volontaires pour lutter contre leur ancien camp. Ces hommes étaient particulièrement efficaces car ils connaissaient parfaitement les groupes auxquels ils appartenaient quelques mois auparavant. Ces combattants, au début de leur engagement, était habillés avec des « bleus de chauffe » ! C'est la raison pour laquelle ils furent désigné sous le surnom de « Bleus » ! Le nom de « bleu » à donné par la suite le mot « bleuite » pour désigner l'infiltration, l'espionnage d'un groupe de l'ALN, (branche armée du FLN), afin de renseigner les services français. Ces « Bleus » vont obtenir les premiers succès : Si Mourad, responsable politico-militaire de la Zone autonome d'Alger (ZAA), et Ramel chef du réseau des poseurs de bombes sont tués. Yacef Saadi est capturé le 23 septembre 1957 par les paras du 1er REP et Ben-Hamida, commissaire politique de la Casbah, est fait prisonnier en octobre. Enfin Ali-La-Pointe, cerné par les paras, au numéro 5 de la rue des Abdérames dans la Casbah, préfère se faire sauter avec son stock d'explosifs.

La zone autonome d'Alger devient intenable par les rebelles qui abandonnent la lutte et rejoignent le maquis en octobre 1957. Le capitaine Léger et les « Bleus » ont gagné la partie !

Lors des événements consécutifs du 13 mai 1958, le GRE dont l'effectif s'est accru, comptant près de 300 Algériens, hommes et femmes activement ralliés à la cause de l'Algérie française, va jouer un rôle important dans les manifestations de fraternisation qui vont amener la population de la Casbah sur le Forum d'Alger. Non seulement le terrorisme a été totalement éradiqué dans Alger, mais toute implantation active du FLN a, pour le moment, disparu de l'agglomération.

La ruse de guerre du capitaine Léger va donc se poursuivre à l'extérieur de la capitale.


L'infiltration de la wilaya III du colonel Amirouche

Le FLN n'avait pas seulement été atteint sur le plan psychologique par le 13 mai. il souffrait depuis la même époque d'une maladie qui avait atteint son ALN dans sa wilaya pilote, la wilaya III, celle des Kabyles dirigé par le colonel Amirouche.

Le capitaine Léger imagina un « système » afin de déstabiliser l'organisation des wilayas et de faire douter leurs chefs de la loyauté et de la fidélité des hommes qu'ils commandaient.

Toute la zone de la wilaya III est intoxiquée par le virus de suspicion (qu'on baptisera plus tard la « Bleuite »). Il va même jusqu'à fabriquer des « fausses preuves» de manière à provoquer des dissensions internes. L'opération fonctionna au delà des espérances, elle provoquera une vague d'épuration qui coûtera la vie à environ de deux à six mille cadres et militants FLN, elle touchera en suite toutes les wilays voisines.

Le système consistait à renvoyer vers sa wilaya un membre du FLN arrêté depuis un certain temps, après lui avoir laissé entendre qu'un certain nombre des officiers et des sous-officiers de sa zone y étaient les correspondants de l'armée française. On lui confiait même, en général, des lettres à remettre à ces prétendus espions. ou des contacts à prendre avec eux. De la sorte, chaque semaine de nouveaux membres de l'entourage militaire d'Amirouche étaient compromis et arrêtés, porteurs de lettres du capitaine Léger qu'ils venaient juste de recevoir avec une certaine surprise. La « véhémence des interrogatoires » ne permetait pas même aux survivants d'exposer leur cas. Sous la torture. ils reconnaissaient tout ce que leurs instructeurs voulaient, et de la sorte le complot croissait et embellissait chaque jour, comme un roman - dont l'auteur était d'ailleurs à Alger.

Fort des expériences indochinoises et algériennes Léger est pleinement conscient des possibilités d'infiltration à long terme de l'adversaire. Son dispositif s'avérant trop important, devenait de ce fait plus difficile à contrôler. Par ailleurs, ses succès ont provoqué de sérieuses jalousies, suivies de critiques sournoises parmi la hiérarchie militaire.

En 1960, le capitaine en charge de la wilaya IV au B.E.L., est fortement impliqué dans « l'affaire Si Salah » (négociations secrètes entre de Gaulle et Si Salah commandant de la wilaya IV).

Envoyé en Mauritanie après le putsch d'avril 1961, le Capitaine Léger y restera jusqu'en 1965 et quittera ensuite l'Armée.
Œuvre

* Paul-Alain Léger, Aux Carrefours De La Guerre, Albin michel, 1989, (ISBN 222601764X)

* Parole :
« Comme l'Indochine, j' avais aimé l'Algérie d'une passion charnelle et une fois de plus, je laissais une partie de mon âme sur les rivages de ce pays. »


sources : wiki et Courrière


general wolf

Messages: 387
Date d'inscription: 16/02/2009
Age: 36
Localisation: Sarthe mais Breton encore et toujours

http://guerre-dalgerie.forums-actifs.com/index.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capitaine Paul-Alain Léger

Message  Admin le Ven 16 Oct - 23:23

Bonjour,

Merci Loïc !
Une superbe biographie vivante et passionnante de ce grand soldat qui avait compris que le pire ennemi de l'ennemi pouvait être l'utilisation de sa propre méthode. Tu m'as donné envie de lire son livre.

cordialement,
Antoine.

Admin
Admin

Messages: 1601
Date d'inscription: 24/12/2008
Age: 21
Localisation: St-Aignan (41)

http://laguerreenindochine.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capitaine Paul-Alain Léger

Message  gustite le Lun 19 Oct - 8:42

Merci pour ce post
J'ai appris beaucoup de chose
slts

gustite

Messages: 90
Date d'inscription: 04/09/2009
Age: 46
Localisation: Moselle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capitaine Paul-Alain Léger

Message  lr le Lun 19 Oct - 12:19

bonjour bounce

un avant gout du livre



le recto



bonne lecture Basketball

lr study

lr

Messages: 1256
Date d'inscription: 31/12/2008
Localisation: bord de la mer

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capitaine Paul-Alain Léger

Message  general wolf le Lun 19 Oct - 20:41

un grand para qui avait magnifiquement pigé la guerre révolutionnaire.

general wolf

Messages: 387
Date d'inscription: 16/02/2009
Age: 36
Localisation: Sarthe mais Breton encore et toujours

http://guerre-dalgerie.forums-actifs.com/index.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capitaine Paul-Alain Léger

Message  lr le Mar 20 Oct - 12:59

bonjour

il l'avait appri quelque part du cote de l'ile de Cu Lao Ré au large du centre vietnam, avec l'aide de ses suppletifs indispensables a toutes guerres revolutionnaires

lr study

lr

Messages: 1256
Date d'inscription: 31/12/2008
Localisation: bord de la mer

Revenir en haut Aller en bas

je sais...

Message  algerie le Lun 28 Fév - 9:46

Lettre ouverte au Colonel Godard
Par une lettre ouverte au colonel Godard, le colonel Amirouche s'adresse à lui pour lui faire savoir qu'il a découvert le prétendu complot... ce qui revient à lui annoncer triomphalement qu'il est tombé dans le piège. Cette lettre, intéressante à plus d'un titre, témoigne inopinément du respect que les officiers de l'A.L.N. ressentent pour un officier français. Leurs notions de l'honneur d'un officier français est telle qu'Amirouche est scandalisé que Godard, qu'il croit l'artisan du prétendu complot contre-révolutionnaire, et qui est, en fait, l'auteur d'une entreprise encore plus subtile, recoure à des moyens aussi tortueux.
« Au lieu d'aller combattre loyalement les vrais Moudjahidines, vous, Godard, qui prétendez être officier ... vous avez préféré travailler dans l'ombre ... vous avez renié votre métier de combattant pour embrasser la profession de flic ... oui, colonel Godard, vous étiez né, élevé et grandi dans l'amour patriotique d'une nation civilisée et même civilisatrice, vous étiez destiné à jouer un rôle toujours grandissant dans l'armée en exposant votre vie, vos poitrines aux balles des Allemands, ou de toute autre nation, égale tout au moins à la vôtre, qui vous déclarerait la guerre. Jusqu'au jour où vous avez rejoint l'armée colonialiste, je n'ai rien à vous reprocher étant donné votre zèle et votre amour pour votre pays en le servant dans l'honneur et la gloire, et par tous les moyens appropriés ... Vous venez de ravaler votre honneur à celui d'un simple mouchard au service d'une poignée de colonialistes. Ce travail serait à l'honneur si c'était en France. dans votre propre pays que vous ayez accepté de nettoyer votre nation d'éléments tels que la Ve Colonne, avant la guerre de 1940. Les dirigeants de la D.S.P. et de ses subdivisions en France peuvent être demain des grands chefs respectés, honorés et glorifiés, car ils collaborent à la grandeur de leur nation. Mais vous, colonel Godard, que venez-vous faire dans cette galerie « d'ultras rebelles» à votre patrie même, vous Qui êtes né et élevé dans les principes de la révolution de 1789, vous souillez l'honneur d'une carrière déjà belle. »

algerie
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Capitaine Paul-Alain Léger

Message  lr le Lun 28 Fév - 18:13

bonjour algerie

passage en cases reglement et presentation

merci

lr study

lr

Messages: 1256
Date d'inscription: 31/12/2008
Localisation: bord de la mer

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capitaine Paul-Alain Léger

Message  general wolf le Lun 28 Fév - 19:05

algerie a écrit:Lettre ouverte au Colonel Godard
Par une lettre ouverte au colonel Godard, le colonel Amirouche s'adresse à lui pour lui faire savoir qu'il a découvert le prétendu complot... ce qui revient à lui annoncer triomphalement qu'il est tombé dans le piège. Cette lettre, intéressante à plus d'un titre, témoigne inopinément du respect que les officiers de l'A.L.N. ressentent pour un officier français. Leurs notions de l'honneur d'un officier français est telle qu'Amirouche est scandalisé que Godard, qu'il croit l'artisan du prétendu complot contre-révolutionnaire, et qui est, en fait, l'auteur d'une entreprise encore plus subtile, recoure à des moyens aussi tortueux.
« Au lieu d'aller combattre loyalement les vrais Moudjahidines, vous, Godard, qui prétendez être officier ... vous avez préféré travailler dans l'ombre ... vous avez renié votre métier de combattant pour embrasser la profession de flic ... oui, colonel Godard, vous étiez né, élevé et grandi dans l'amour patriotique d'une nation civilisée et même civilisatrice, vous étiez destiné à jouer un rôle toujours grandissant dans l'armée en exposant votre vie, vos poitrines aux balles des Allemands, ou de toute autre nation, égale tout au moins à la vôtre, qui vous déclarerait la guerre. Jusqu'au jour où vous avez rejoint l'armée colonialiste, je n'ai rien à vous reprocher étant donné votre zèle et votre amour pour votre pays en le servant dans l'honneur et la gloire, et par tous les moyens appropriés ... Vous venez de ravaler votre honneur à celui d'un simple mouchard au service d'une poignée de colonialistes. Ce travail serait à l'honneur si c'était en France. dans votre propre pays que vous ayez accepté de nettoyer votre nation d'éléments tels que la Ve Colonne, avant la guerre de 1940. Les dirigeants de la D.S.P. et de ses subdivisions en France peuvent être demain des grands chefs respectés, honorés et glorifiés, car ils collaborent à la grandeur de leur nation. Mais vous, colonel Godard, que venez-vous faire dans cette galerie « d'ultras rebelles» à votre patrie même, vous Qui êtes né et élevé dans les principes de la révolution de 1789, vous souillez l'honneur d'une carrière déjà belle. »

de même en ce qui me concerne pour ce que t'a dit lr. Qui plus est c'est ici un forum sur la guerre d'Indochine, la propagande du FLN n'a donc rien à y faire.

general wolf

Messages: 387
Date d'inscription: 16/02/2009
Age: 36
Localisation: Sarthe mais Breton encore et toujours

http://guerre-dalgerie.forums-actifs.com/index.htm

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum