La garde républicaine en Indochine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La garde républicaine en Indochine

Message  Admin le Ven 24 Avr - 21:16

Bonsoir,

Voici des objets provenant des collections de nos amis LDC et Guillaume. Je les remercie tous les deux pour leur gentillesse à m'avoir autoriser à mettre ces posts ici. Voici donc quelques objets de la garde républicaine en Indochine.





Blouson IKE ayant appartenu à un garde d'une Légion de Marche de la Garde Républicaine en Extrême Orient. Il est daté de décembre 44.
Collection LDC



Sac paco US daté 44 ayant également appartenu à un Garde d'une des Légion de Marche de la Garde Républicaine en Extrême Orient. Il reste encore l'étiquette de bagages du bateau
Collection LDC


Briquet et portes cigarettes de la 1ére légion de marche de la garde républicaine en indo
Collection Guillaume

Merci à eux deux pour ces superbes objets !
Si quelqu'un avait quelques mots sur le parcours des légion de marche de la garde en Extreme Orient, ça serait un complément superbe.

cdt, Antoine.
avatar
Admin
Admin

Messages : 1601
Date d'inscription : 23/12/2008
Age : 24
Localisation : St-Aignan (41)

http://laguerreenindochine.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La garde républicaine en Indochine

Message  maxime56 le Sam 25 Avr - 8:45

Bonjour à tous,

Je pense que ça correspond:
Présente en Indochine depuis le début de la conquête, la Gendarmerie nationale prend une part active au conflit qui frappe cette péninsule asiatique entre 1946 et 1954. Ses hommes se sont déjà distingués à plusieurs reprises dans le passé. C’est ainsi que l’un des trois Compagnons de la Libération de l’Arme, le capitaine d’Hers, un Saint-Cyrien, s’illustre lors de la lutte contre les Japonais après leur coup de force du 9 mars 1945. Il est tué au combat le 18 mars 1945.

Durant la guerre d’Indochine, la gendarmerie perpétue ses traditions combattantes en envoyant plusieurs milliers de gendarmes et gardes républicains, de tous grades, participer à la lutte contre le Viêt-minh. Dans leurs rangs, figurent des Saint-Cyriens.

Un engagement massif

En décembre 1946, deux formations distinctes de gendarmerie stationnent dans la péninsule indochinoise. D’une part, des prévôtés accompagnent le corps expéditionnaire français d’Extrême-Orient venu reprendre possession des colonies indochinoises, perdues après le coup de force japonais, d’autre part, un détachement de la gendarmerie d’Indochine Sud est reconstitué à partir des éléments des ex-détachements de Cochinchine-Cambodge et d’Annam-Tonkin. Cette formation est l’héritière directe de la gendarmerie coloniale installée, au moment de la conquête, en 1861.

L’insurrection déclenchée par le Viêt-minh à Hanoï, le 19 décembre 1946, entraîne la constitution hâtive de trois légions de garde républicaine de marche (LGRM). Leur débarquement s’échelonne de janvier à avril 1947. Avec un effectif total de 95 officiers et 2 840 sous-officiers, ces unités rassemblent des hommes prélevés dans les deux légions d’occupation d’Allemagne, en AFN et en métropole. Comme l’explique le général Sérignan, les militaires des autres Armes accueillent avec curiosité ces nouveaux venus : « selon les bruits qui couraient alors (…), ces unités venaient pour assurer la police de la circulation et réprimer, au moyen de procès-verbaux, les infractions commises par les militaires des autres corps de troupe ». La participation des gendarmes aux nombreux combats conduit rapidement à réviser ces jugements sommaires.

D’autres formations stationnent aussi en Indochine comme l’inspection de la gendarmerie en Indochine, créée le 16 avril 1947, ou la section de gendarmerie maritime et celle de gendarmerie de l’Air créées en novembre 1947. En plus des unités formées d’occidentaux, les gendarmes encadrent des formations indigènes comme la garde civile de Cochinchine qui devient la garde républicaine de Cochinchine (GRC).

La prolongation de la guerre pendant plusieurs années entraîne un fort accroissement des effectifs. Au total, près de 14 000 hommes se succèdent dans la péninsule entre 1946 et 1956 au rythme moyen d’un séjour de 24 mois. Jusqu’en 1955, 3 000 gendarmes sont présents en permanence sur le sol vietnamien.

Par ailleurs, au cours de cette période, l’ordre de bataille de la gendarmerie d’Indochine évolue sous la pression des événements. Entre 1948 et 1949, l’accession à « l’indépendance dans le cadre de l’Union française » du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge entraîne un transfert de souveraineté aux anciennes colonies indochinoises. Le détachement de gendarmerie doit alors organiser les gendarmeries nationales des trois nouveaux Etats, tout en assurant, provisoirement, ses fonctions habituelles. En 1952, le détachement de gendarmerie d’Indochine devient le « détachement de gendarmerie d’Extrême-Orient ». En 1954, les accords de Genève scellent le destin de la France en Indochine en mettant un terme au conflit. L’année suivante, une légion mixte de gendarmerie en Indochine regroupe tous les gendarmes affectés sur le territoire. Le départ des gendarmes s’étale dans le temps jusqu’en 1956. Seules quelques missions de gendarmerie subsistent : au Sud Viêt-Nam jusqu’en décembre 1957, au Cambodge jusqu’en 1970 et au Laos jusqu’en 1975.

La variété des missions

La diversité des unités présentes en Indochine place les gendarmes et les gardes dans des formations organiquement et militairement bien différentes les unes des autres : les unités de gendarmerie territoriale, les escadrons commandos ou le groupe autonome d’escadrilles fluviales (GAEF), etc. De la même manière, les missions d’encadrement conduisent le personnel à intégrer des formations variées : garde tonkinoise, garde montagnarde, l’escadron parachutiste de la garde conchinchinoise…

Au sein du détachement de la gendarmerie, l’action des militaires s’organise sur le modèle métropolitain tout en tenant compte des réalités locales. Il en résulte des différences notables. Ainsi, alors que cinq à huit gendarmes constituent une brigade au chef-lieu de canton en France, on en trouve en moyenne en Indochine deux par province, alors que les circonscriptions sont plus étendues qu’en métropole. Surtout, les gendarmes se voient confier de nombreuses fonctions supplémentaires : délégué administratif, agent de finances…

Au sein des prévôtés, les gendarmes assurent dans un premier temps des missions statiques liées à leur implantation territoriale. Toutefois, la dégradation de la situation au Tonkin et le harcèlement viêt-minh en Annam amènent les gendarmes à accompagner les unités envoyées au combat. Ils assurent alors des missions de police militaire d’une prévôté en campagne (protection des populations et des convois, recherche des déserteurs…). Un poste prévôtal est créé à Diên Biên Phù le 1er janvier 1954. Le gradé et les neuf gendarmes qui le composent, choisissent d’assister l’antenne chirurgicale en récupérant et en évacuant les blessés sous le feu ennemi. Aux côtés de ces gendarmes, dix gardes républicains encadrent des prisonniers internés militaires (PIM), constitués en « bataillons ». Après la chute du camp de Diên Biên Phù, sur les vingt gendarmes et gardes emmenés en captivité, la moitié ne reviendra pas.

Avec les légions de marche, les gendarmes perpétuent et illustrent les traditions combattantes de l’institution. Intégrés dans des formations articulées sur le type du « bataillon d’infanterie », ils participent activement au combat contre le Viêt-minh. Pour beaucoup, notamment ceux de la 3e LGRM, leur engagement consiste à encadrer de petites formations autochtones au sein de postes isolés. Plus de 700 postes sont ainsi placés sous la responsabilité de la gendarmerie, et souvent d’un seul gendarme, de la frontière de Chine à la pointe de Camau.

Plusieurs récompenses témoignent de l’effort consenti par la Gendarmerie nationale en Indochine. Le 5 février 1949, une première citation à l’ordre de l’armée salue sa participation active aux opérations de pacification depuis deux ans. Le 25 octobre, pour honorer les gardes servant en Extrême-Orient, l’étendard de la garde républicaine est confié à la 1ère LGRM, stationnée en Indochine. Le 6 juin 1955, le ministre de la Défense nationale cite une nouvelle fois à l’ordre de l’armée les forces de la Gendarmerie nationale en Indochine. Le 14 juillet 1955, à Saïgon, le général Jacquot, commissaire général de France et commandant en chef des forces terrestres, navales et aériennes en Indochine, remet solennellement la croix de guerre des TOE à l’étendard des légions de marche.

Au total, pour la guerre d’Indochine, la gendarmerie comptera 655 morts dont 12 officiers et 1 500 blessés.
Source : http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/04histoire/dossierdushd/histoiregendarmerie/dossiermoi/indochine/officiersindochine.htm

cdt, Maxime.
avatar
maxime56

Messages : 391
Date d'inscription : 25/12/2008
Age : 24
Localisation : saint avé (56)

Revenir en haut Aller en bas

Re: La garde républicaine en Indochine

Message  Admin le Sam 25 Avr - 12:43

Bonjour,

Oui merci Maxime, ça correspond !
cheers
cdt, Antoine.
avatar
Admin
Admin

Messages : 1601
Date d'inscription : 23/12/2008
Age : 24
Localisation : St-Aignan (41)

http://laguerreenindochine.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La garde républicaine en Indochine

Message  christophe69 le Mer 20 Mai - 11:32

Bonjour,
Merci pour ce post super sympa.
Cdt
Christophe

christophe69

Messages : 18
Date d'inscription : 15/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La garde républicaine en Indochine

Message  Admin le Dim 24 Mai - 18:49

Bonjour,

Merci de ton message Christophe !
N'hésite pas à compléter si tu as des informations ou des objets sur le sujet.

cdt, Antoine.
avatar
Admin
Admin

Messages : 1601
Date d'inscription : 23/12/2008
Age : 24
Localisation : St-Aignan (41)

http://laguerreenindochine.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La garde républicaine en Indochine

Message  maxime56 le Jeu 2 Juil - 18:18

Voici un superbe bouquin que je lis en ce moment
avatar
maxime56

Messages : 391
Date d'inscription : 25/12/2008
Age : 24
Localisation : saint avé (56)

Revenir en haut Aller en bas

Re: La garde républicaine en Indochine

Message  Admin le Jeu 2 Juil - 19:00

Bonsoir,

Merci Maxime pour le livre !
Il doit être super comme tous les Erwan Bergot je suppose ?

cdt, Antoine.
avatar
Admin
Admin

Messages : 1601
Date d'inscription : 23/12/2008
Age : 24
Localisation : St-Aignan (41)

http://laguerreenindochine.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La garde républicaine en Indochine

Message  maxime56 le Ven 3 Juil - 10:57

J'ai été un peu surppris au début,je pensais lire l'histoire d'un même homme ou d'un même groupe d'hommes du début à la fin mais enfaite,ce sont d'abors les histoires des nombreux petits postes au fin fond de la Cochinchine puis du Tonkin et enfin nous arrivons à Dien Bien Phu.
avatar
maxime56

Messages : 391
Date d'inscription : 25/12/2008
Age : 24
Localisation : saint avé (56)

Revenir en haut Aller en bas

Re: La garde républicaine en Indochine

Message  Gwened le Dim 6 Nov - 17:27

Bonsoir à tous,
Voici l'insigne de la 1ère Légion en Extreme Orient, récupéré dernièrement. Wink

Gwened

Messages : 37
Date d'inscription : 30/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La garde républicaine en Indochine

Message  lisaval le Jeu 1 Nov - 9:47

hello
Très bel insigne de la bonne période.
Il me semble que le plateau argent indiquerait un personnel affecté à l'Etat Major de la légion.
Amicalement
Val

lisaval

Messages : 5
Date d'inscription : 02/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Gendarmes morts dans les camps

Message  Charaboule le Dim 24 Nov - 18:11

Gendarmes morts dans les camps du Viêt-Minh    
Il y eut 33 gendarmes qui trouvèrent la mort dans ces camps...dont:

BONHOMME Christian
DESRY Gabriel
EVELINGER Roger
GINDRE Robert
LEROY Jean
MASSAC Roger
ROUX Aimé
SARRAZIN Francis
VENTRILLON Gustave
VIRARD Jean.......



Aimé ROUX à Saïgon en Juin 1951

Charaboule

Messages : 5
Date d'inscription : 23/11/2013
Age : 67
Localisation : Nancy

Revenir en haut Aller en bas

LGMR EO Indochine

Message  bourgondy le Jeu 29 Déc - 18:31

Mon pére en était. Il commandait un commando de renseignement composé de viets ralliés. Revenu entier avec une belle TOE et 3 citations. C'est mon fils également gendarme qui a hérité de son album photo. Si cela interesse j'ai des scans de ses citations

bourgondy

Messages : 4
Date d'inscription : 24/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: La garde républicaine en Indochine

Message  Kerzina le Ven 30 Déc - 11:25

Bonjour,

Pourriez-vous SVP nous préciser dans quelle région d'Indochine (et à quelles dates) a servi votre père ?
Les scans de ses citations seraient effectivement des informations qui m'intéressent, et devraient d'ailleurs permettre aux questions précédentes.

Cordialement,
Philippe
avatar
Kerzina

Messages : 279
Date d'inscription : 12/09/2010

http://philippe.millour.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La garde républicaine en Indochine

Message  OFF TRADITION 5°Cuirs le Sam 31 Déc - 5:13

Bonjour

je suis toujours a la recherche d'infos sur la 2°LGRM ou 2°LMGR (quelle est la bonne appellation?) où mon grand-pere a servit de 47à49...
merci
avatar
OFF TRADITION 5°Cuirs

Messages : 41
Date d'inscription : 06/05/2016
Age : 41
Localisation : autres latitudes

Revenir en haut Aller en bas

Citations TOE de mon père

Message  bourgondy le Mer 18 Jan - 16:46


Désolé pour le retard à répondre un crash disque malencon


treux ...

bourgondy

Messages : 4
Date d'inscription : 24/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: La garde républicaine en Indochine

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum