lLES 88 DE VINH YEN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

lLES 88 DE VINH YEN

Message  adrien le Sam 31 Jan - 15:14

Les 88 de VINH YEN

Suite à la lecture de différent témoignages et évocations sur la Bataille de Vinh Yen, je me suis intéressé à ces pièces d’artillerie qui équipaient la Groupement d’Artillerie d’A O F affecté au G M 3 peu avant la bataille. Dans le témoignage du Lt  JAMBON (décédé colonel le 27/10/2011) il est dit que le groupement a fait mouvement du Sud vers le Tonkin sur le cargo « l’Espérance » avec les pièces dans la cale.
Le canon de 88 (calibre) ou 25 pounders (poids de la munition) était de fabrication anglaise et équipait les Armées Britanniques et des dominions depuis les années 30. Ces canons auraient été achetés  par la France en 1945. En effet l’artillerie de l’armée française était extrêmement sous équipée. Il n’y avait en dotation que les canons remis par les alliés en 1943 aux grandes unités pour la campagne de France .Les canons récupérés auprès des allemands étaient conservés par les Américains qui  refusaient de les remettre à la France même si certains avaient été précédemment pris aux Français par les allemands. Le G.A.C.A.O.F. est arrivé en E. O  en 1945 et restera jusqu’en 1954. IL est probablement arrivé équipé de 88.
Arrivé à Vinh Yen le groupement se met en position, à savoir 2 batteries de tir et la batterie de commandement restent  à proximité de la citadelle et la 3° batterie celle du Lt JAMBON  prend position au sud de Vin Yen pour couvrir le poste Phuc  Yen. Dans la nuit du 13 au 14 le poste de Bao Chuc 10,12Kms, nord, nord ouest de Vinh Yen est  attaqué et ne peut pas être appuyé efficacement par les 88,  positionnées près de la citadelle et  qui étaient en limite de tir. Le 14 au matin la 3° batterie reçoit l’ordre de  venir prendre position à quelques Kms au nord de la citadelle afin de couvrir Bao Chuc alors que le G M 3  commence sa progression vers le poste attaqué. La Batterie à peine en position, à moins de 6 Kms de Bao Chuc,  les tirs sont demandés au profit du G S A P, 2 Kms Sud Ouest de Bao Chuc : rafales de 4 coups par pièce. Puis les objectifs se rapprochent, puis….silence radio. Après un moment d’attente, arrivent du nord, en grand désordre, sans arme pour quelque uns
des tirailleurs du 3/2 R T M. Après un compte rendu de la situation, la batterie reçoit l’ordre de rester sur place tout en s’organisant pour pouvoir repartir au plus vite. Dans l’attente un tir de 10 Coups fusants par pièce est préparé. Une auto mitrailleuse (probablement du1er CHASSEUR) rescapée d’un peloton bazooké arrive  venant également du nord et se met à disposition pour couvrir la batterie avec ses mitrailleuses.
Arrive l’ordre de se replier sur Vinh Yen alors qu’aucun ennemi n’est en vue. Les camions tracteurs s’approchent des pièces quand arrivent par la rizière une multitude de Viet. Les 40 coups de fusant déjà préparés partent et font disparaitre l’ennemi. Les pièces sont attelées très rapidement  et la batterie se replie vers la citadelle sous le feu de l’ennemi qui s’est ressaisie.
Arrivée à la citadelle où règne un grand désordre comme cela a été décrit dans maints témoignages. La batterie prend position suivant les ordres à proximité immédiate de la citadelle.  Un Lt D L O rescapé donne une des explications de la catastrophe du moins  pour ce qui concerne l’Artillerie.  
Les  tirs demandés en début de manœuvre sont bien arrivés sur les cibles désignées mais ont été inefficaces. C’étaient des obus  percutants apparemment défectueux qui s’enfonçaient dans la vase, se fragmentaient en gros éclats dont certains restaient dans  la   vase de la  « la souille ».La multitude de Bo Doï qui ont submergé les unités de tête, puis les suivantes, n’étaient pas arrêtées par les obus qui arrivaient au milieu de leurs formations. Par contre les tirs fusants ont prouvé leurs efficacités.
La désorganisation complète du dispositif de progression du G M 3 et le repli qui a suivi est décrite dans bien des témoignages et autres écrits, la suite de la bataille après l’arrivée des renforts, Les canons de 88 du G A C A O F effectueront ce qui leurs sera demandé. Le recomplètement  en munitions pourra se faire parce que,  un cargo qui devait décharger à Saigon a été détourné in extrémis par les logisticiens de l’E M du Général De Lattre et a déchargé des caisses d’obus à Haiphong peu avant la bataille. Naturellement  L’acheminement auprès des batteries ne se fera pas sans perte mais se fera quand même ce qui sera tout à l’honneur des unités du TRAIN.
On peut noter à la lecture du témoignage du Lt JAMBON  que ces artilleurs du  G A C A O F étaient superbement entrainés et efficaces ; du canonnier aux officiers en passant par les Cdt de batterie, les Chefs de pièces et les D L O: mise en batteries  rapide, tirs demandés obtenus rapidement, capacités a effectuer des Tirs Fusant pratiquement à bout portant malgré  le feu de l’ennemi et de décrocher rapidement toujours sous le feu. Par contre on ne peut pas leurs reprocher la défectuosité des munitions.
Voici les caractéristiques de ces pièces anglaises:
Spécifications (Ordnance QF 25 pounder Mk II sur chariot 25-pounder Mk I)
Poids 1 633 kg (3 600 lb)
Longueur 4,6 m (15 pi 1 po) (le canon à l'oeil de remorquage)
Longueur du Canon
2.47 m (8 ft 1 in)
Largeur 2,13 m (7 pi) (largeur à moyeux de roues)
Hauteur 1,16 m (3 pi 10 po) (hauteur de tourillon)

Les canons   105H M 2
Les pièces de 88 seront remplacées peu après au G A C A O F par des pièces de 105H M 2
 Organisation de la pièce :
La pièce est constituée de deux ensembles :
• le canon de 105,
• le camion tracteur généralement un GMC 6x6
La capacité d’emport en munitions est de 120 coups repartis :
• GMC tracteur : 40 coups ;
• GMC munition : 80 coups.
• Capacités:
• - Poids du projectile : de 15kg environ.
- Vitesse initiale : de 195 à 473m/s.
- Calibre : 105mm.
- Portée : 11000m.
- Cadence de tir : 18 à 20 coups en 3 minutes, 120 coups à l'heure.
- Secteur de tir vertical : -10° à +65°.
- Secteur de tir horizontal : 45° (800 mil).
- Poids total : 1920kg.
• Particularités:
• - Tube rayé de 22 calibres.
- Culasse à coin horizontal.
- Appareil de pointage panoramique sur support articulé permettant de corriger le devers du terrain.

• Sources : http://basart.artillerie.asso.fr/breve.php3?id_breve=94
•                http://indochinefrancaise.xooit.com/t790-La-bataille-de-VINH-YEN-du-14-au-17-janvier-1951-ecrit-par-le-Colonel-Robert-JAMBON.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ordnance_QF_25_pounder
avatar
adrien

Messages : 141
Date d'inscription : 01/02/2013
Age : 83
Localisation : Avignon

Revenir en haut Aller en bas

Re: lLES 88 DE VINH YEN

Message  SixOfOne le Sam 31 Jan - 21:33

Si tu me le permets Adrien, je complète avec les récits suivants :

  • les-diables-bleus-dans-l-enfer-de-vinh-yen
  • Les ailes te portent: le "Baron" raconte, par Guillaume de Fontanges, pages 204 et 205.
  • Indochine 1951, La bataille de Vinh-Yen, par François Agostini, ancien Commandos Nord Vietnamien
avatar
SixOfOne

Messages : 383
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 50
Localisation : Angoulême

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum